L'Eglise St-André

L'église St-André L'église St-André
Le presbytère Le presbytère

 

 

Elle est composée de pièces et morceaux de différentes époques.

 

Le choeur est un reste de la vieille église. Beaucoup plus évasée, la nef est de 1634 ; la sacristie de 1706 ; le porche de 1758 ; et la tour de 1861.

 

Il y avait trois autels consacrés en 1683, notamment l’autel de la Ste Trinité. Le maître autel et l’autel latéral de droite furent remplacés et consacrés, le 22 juillet 1709, par Dom Etienne d’Orval : l’un dédié à St-André, patron ; et l’autre à la Bonne Vierge Marie. Les stalles du chœur ont été placées en 1784.

 

La place, l’église Saint-André et le presbytère forment un îlot central dans la structure du lotissement primitif encore visible actuellement. L’église est ceinturée par l’ancien cimetière (monument et site classés : 26/11/1973 - 04/12/1979) et voisine la cure et ses dépendances domestiques ou agricoles.

 

  

L’église, l’ancien cimetière, le presbytère

 

Cet ensemble occupe, au centre du village, un tertre où les bâtiments sont disposés avec une aisance toute différente de la mitoyenneté des maisons gaumaises.

Les volumes de l’église s’additionnent en s’élevant d’est en ouest. Leurs toitures à pente raide sont soulignées par des corbeaux en pierre datant vraisemblablement encore du Moyen-Age.

 

Un projet tardif de jeter des voûtes à croisées d’ogives sur la nef n’a pas eu de suite : seules deux colonnes ont été élevées avec sur leurs chapiteaux, les départs des nervures.

 

Un haut clocher remplace en 1861 un campanule de 1534. Ce clocher ayant brûlé fut reconstruit en 1995.

 

L’église de Gérouville a conservé un ameublement fabriqué dans les ateliers d’Orval : les stalles (1783-1784), deux petits autels baroques de 1709, un maître-autel à décor rocaille (vers 1750) et une chaire de vérité (18ème siècle).

 

Les tableaux ont été exécutés par le frère Abraham d’Orval.

 

Le presbytère actuel de 1782 (reconstruction ou restauration) s’élève aux côtés de l’église et du cimetière.

 

L’ensemble comprenant le logis, l’étable, la grange, la remise à voiture et le fournil est disposé en V autour d’une cour étroite et ceint d’un mur.

 

Le corps du logis tranche sur les maisons villageoises par son haut volume et sa composition.

 

 LE MOBILIER DE L’EGLISE DE GEROUVILLE

 

1) L’autel majeur où figurent :

 

· dans un entourage de six colonnes et de deux pilastres d’ordre composite, une toile d’un dessin élégant représentant la Résurrection

· un tabernacle, un crucifix

· un couronnement de lignes puissantes où apparaît l’œil de Dieu

· deux statues : une de Saint-André et une d’un ange gardien

· six anges adorateurs

 

deux portes où figurent Saint-Pierre et Saint- Paul peints par le frère Abraham

 

 

2) L’autel de la Vierge : on y voit

 

· une toile médiocre qui montre Marie et l’Enfant entourés de têtes d’anges

· une Madone habillée sur un socle à ailerons

· un Saint sous une croix

 

Remarque : ces deux autels de style Louis XIV ont été consacrés en 1709 par l’abbé d’Orval.

 

3) La Chaire de Vérité : avec des images en relief, des fines moulures enrichies

 

 

4) Les stalles : oeuvres de menuisiers et sculpteurs du XVIème siècle, ces stalles possèdent aux accoudoirs, vigoureusement traités, les Symboles des quatre Évangélistes.

 

Il y a différents sujets ; elles proviennent toutes d’Orval et furent placées en 1783 grâce à l’abbé Dom Gabriel.

 

Mentionnons aussi dans l’église :

 

· fonds baptismaux

une Madeleine en médaillon (Frère Abraham : 1788) et un Saint-Pierre

· un porte-cierges en bois à neuf lumières

· un ostensoir-soleil

· un calice à pied circulaire

· un bénitier en fonte